Affaire Medpoint : Pravind Jugnauth félicite les parties prenantes

Une actualité Mauricienne très relayée ces derniers temps porte sur le dossier Chagos. Il s’agit en fait d’une affaire qui a été portée devant les instances judiciaires internationales de la Haye afin que justice soit rendue. La sortie du Premier Ministre Pravind Jufnauth se veut plutôt rassurante pour la société.

À la veille de son indépendance, l’île Maurice fut dissociée d’un de ses territoires, le Chagos. C’est à la suite du conflit sino-indien au tournant des années 1962 que Chagos a été occupé par les Américains. Ces derniers vont demander au Britanniques d’évacuer l’île de ses habitants, notamment Diego Gardia. La Grande-Bretagne va entrer en pourparlers avec les autorités mauriciennes de cette époque afin d’obtenir d’eux, un bail pour le compte des Américains.

Après de longues discussions, la Grande-Bretagne va décider en 1966, de verser aux autorités Mauriciennes une allocation de 3 millions de livres sterling tous les ans pour un bail de 50 ans. Les Américains deviennent alors officiellement les nouveaux patrons de Diego Garcia (40 km2 sur les 60 que compte Chagos) où ils implantent une base militaire.

Depuis le renouvellement forcé du bail en 2016, l’île Maurice revendique sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire et a porté le dossier Chagos à la Haye malgré les représailles économiques menées conjointement par les Américains et les Britanniques.

Le lundi 04 mars dernier, Pravind Jugnauth, le chef du gouvernement Mauricien s’est exprimé à l’occasion d’une cérémonie à Nouvelle-France face au dénouement heureux de l’affaire Medpoint. La Cour Internationale de Justice (CIJ) a donné un avis consultatif favorable en faveur de l’île Maurice, ce qui a permis au Premier Ministre de féliciter toutes les parties prenantes et remercier en particulier Sir Anerood Jugnauth, ainsi que tous ses soutiens dans cette lutte.

Pravind Jugnauth a également indiqué qu’il s’agit d’un verdict extraordinaire qui rétrocède à l’île Maurice, sa pleine souveraineté rapidement, selon le chef du gouvernement.